Stade de l’amitié comme on l’appelait dans les années 80 jusqu’à 97, sous des ovations, voilà, le classico béninois ou Dahoméen qui mettait aux prises deux clubs fétiches du Dahomey actuel Bénin. D’un côté, Do Rego Saadou des Dragons de l’Ouémé. De l’autre, le virevoltant Expedit Dossou Gbeté. Le stade plein à craquer, les fans d’un côté comme de l’autre. Mais dans le lot, deux joueurs retiennaient toujours les attentions. Do Rego Saadou des Dragons, et le joueur béninois le plus talentueux du siècle selon les citoyens. Il a nom Expédit Dossou Gbeté. Affectueusement appelé le magicien de la balle, Hotor pour certains, pépé cherie pour d’autres, le natif de Ouidah est un talent plein.

Expedit Dossou Gbeté né le 21 janvier 1959, très tôt, le football l’arracha des bancs. Ainsi, l’enfant prodige avec un avenir radieux dans le football fera ses débuts sur les bancs. Déjà à cette étape, il se fera remarquer par ses touches de balles, ses précisions dans les actions, ses frappes et positionnements. Il va donc taper dans les yeux des dirigeants des Requins qui lui donneront la chance de faire le test chez les Awissi Wassa. Il intégra le groupe. C’était en 1980. Le football béninois ne pesait pas grand-chose sur le continent mais avait le talent à l’état pur. Les moyens aussi n »accompagnaient pas, mais la volonté et l’engagement étaient au rendez-vous. Ainsi, Expedit Dossou Gbeté, jouera son premier match avec les Requins en 1980. Et l’aventure a commencé. Il marquera tous les esprits et montrera, un talent jamais vu au Bénin. Expédit alias pépé chéri termine sa carrière dans cette même équipe. Son esprit d’équipe, son charisme, sa justesse devant les buts, sa précision et ses coups d’œil anticipés confirment son titre de légende du football. Une notoriété qu’il pouvait démontrer au monde s’il avait eu l’occasion. Malheureusement, faute de moyens et de vision pour le sport béninois, le joueur le plus talentueux béninois est resté à la maison sans même connaître un grand championnat. Pendant des années, l’homme a prouvé qu’il était le meilleur joueur des Requins de tous les temps avec qui d’ailleurs, il marqua plus que 100 buts toutes compétitions confondues selon ses dires .

Son talent l’amena, dans plusieurs championnats africains à savoir celui nigérian (SC Nigeria,) gabonais (Petro sport) et hors de l’Afrique, notamment dans le championnat saoudien (Al-Quadisyia). Malheureusement, il ne restera pas longtemps avant de revenir au pays dans son club fétiche.

Notons que sa premiere sélection en équipe nationale datait de 1980, juste après le championnat de cette année avec son club. Avec 20 sélections, il fera parler de lui au sein des Écureuils. L’histoire retiendra qu’il est le plus technique des internationaux béninois, spécialiste des amortis de balle, et des gestes techniques de haute volée. Malheureusement ce talent comme pour d’autres de sa génération, ne sera pas exploité par son pays. malgré son talent, Hotor ne connaîtra pas une seule Can avant de raccrocher en 1997 des suite des blessures répétitives, il va quitter les stades.

« En 2010, Expédit Dossou-Gbété, joueur polyvalent, affirme qu’il fait tous les postes de gardien de but à l’attaque. L’ancienne gloire du football et encadreur à CIFAS a pris la tête de l’équipe d’ASACO engagée dans le championnat régional en 2010. L’ancien international béninois a construit sa formation autour de Armand Aziahounkoui qu’il a nommé capitaine. Au cours du championnat, ASACO a écrasé toutes les équipes sur sa route et se classe en tête des équipes de la ligue atlantique. Malheureusement ce championnat ne connaitra pas la fin. Dans la foulée, il sera récompensé par le Fnds tout comme Charles Anan et certaines anciennes gloires du football.

Pour la petite histoire, l’homme a été sélectionné dans l’équipe nationale de Maracana lors de la première édition de la Can de cette discipline sportive. À ce rendez-vous, certaines anciennes gloires du football ivoiriens y étaient. Et nul ne pouvait imaginer que le Bénin regorgeait d’un si grand talent. Mais une fois en démonstration, toute la salle l’ovationnait jusqu’à la fin de la compétition. Certains se sont même rapprochés de lui pour savoir s’il est effectivement béninois. Il terminait la compétition avec une récompense spéciale.

Richard Mensah Elom Agbenomba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here