Né en 1923 en Guadeloupe, henri corenthin, après ses etudes primaires et secondaires, entame des études de médecine à Paris au milieu des années 40. Muni de son parchemin, il est muté au Mali au debut des années 50 à Kita. Dans la cité de l’arachide, l’ancien champion d’athlétisme de Guadeloupe, en plus de ses activités syndicales, crée l’Union Sportive de Kita. En1953, il est affecté a Bamako où tous les clubs se l’arrachent afin qu’ il siège au niveau de leurs directions. C’est finalement à l’Union sportive indigene qu’il prend ses quartiers. Il y reste jusqu’à la fusion de ce club avec l’aigle noir pour donner le COB le 30 septembre 1962. Ce nom club olympique de bamako n’a pas été choisi par hasard. En effet, quelques semaines plutôt, il avait été élu president du comité national olympique du Mali, qui sera affilié au CIO L’année suivante, ce qui vaudra au Mali d’être présent aux JO de Tokyo en 1964. Il conservera son poste jusqu’à départ en France en 1970, où il recouvre la nationalite française, dont il avait été déchu des années plutôt, sur insistance du monsieur Afrique de l’Élysée, à savoir Jacques foccart. Il profite de son séjour français pour se spécialiser en néphrologie. Veritable sportif dans l’âme, il dirige à son retour en Guadeloupe, la ligue d’athlétisme avant de poursuivre une carrière politique comme leader de parti. Il faut rappeler qu’a l’indépendance du Mali, il a occupé les fonctions de ministre de l’élevage et de la production animale de 1957 à la création de la fédération du Mali ( fusion Sénégal Mali), des transports, des travaux publics et des telecommunications de 1960 à 1967 et de 1968 à 1969. Il a aussi été membre du bureau politique de l’USRDA et secrétaire à l’organisation de la jeunesse RDA. Il nous a quittés le 18 avril 2016 en Guadeloupe. Ce pionnier du sport malien, mériterait d’être immortalisé, afin que nul ne l’oublie. Dors en paix docteur. « A Dieu nous apparte.ons et a lui nous retournons ».

Mohamed Soumaré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here