Peu de choses, sauf le cours des évenements, ne prédisait à Hendrik Johannes Cruijff à l’état civil, une grande carrière de fooballeur. En effet, suite au décès de son père en 1957, alors qu’il n’avait que 10 ans, il décide de s’inscrire à l’académie de l’Ajax d’Amsterdam pour rendre hommage à son géniteur qui appréciait son talent de dribbleur. En 1964, il débute en équipe fanion et ne tarde pas à gagner ses galons de titulaire grace à son démarrage de sprinter, sa vista et sa grinta. L’année suivante, Rinus Michels prend la barre technique du club et impose comme concept de jeu le football total. Au début, cette réforme fait grincer des dents mais au fil du temps, l’équipe s’adapte au jeu et se retrouve parmi les grands d’Europe. En 1969, l’Ajax est finaliste de la coupe d’Europe des clubs champions qu’il perd face au Milan AC 4-1 à Madrid. Il remet cela deux ans plus tard à Wembley où le club remporte sa première coupe d’Europe face à Panatinaikos. Malgré le départ de Rinus Michels du banc, l’équipe reste soudée et Stefan kovacs qui lui succede garde l’identité de jeu de son predecesseur. Johann prend du galon et porte le brassard de capitaine. EN 72 et 73, « bis répéptita placent », l’Ajax est sur le toit d’Europe et devient la seconde équipe européene (après le réal madrid) à réaliser le triplé successif. Avec l’équipe nationale « les oranje mécaniques », il se qualifie pour la coupe du monde chez les « cousins » allemands ». Après avoir surclassé ses adversaires lors du premier tour, la hollande se qualifie pour la finale en battant tous ses adversaires dans la poule B (à l’époque en coupe du monde, 2 poules étaient constituées au second tour et le premier de chaque poule se qualifiait pour la finale). En finale, face au cousin allemand, Cruiff dès l’entame du match prend de vitesse ses adversaires et passe Beckenbauer et Vogts. Ce dernier le fauche et la hollande obtient le penalty transformé par Neeskens. A la 25ème minute de jeu, l’allemagne égalise par Breitner sur penalty, avant que Gerd Muller ne donne l’avantage à la Manschaft en de première mi-temps. Les allemands conservent cet avantage et cèdent la médaille d’argent à l’équipe batave. Après ce match, Johann s’envole vers Barcelone où avec Rexach et Neeskens, il forme la ligne d’attaque la plus redoutable d’Europe. Avec les « oranjes », il prend la 3ème place à l’euro 76. Une année plus tard, il joue son dernier match sous le maillot batave, le 26 Octobre 1977 à l’occasion du dernier match des éliminatoires du mondial 78, gagné à Amsterdam contre la Belgique 1-0. A l’époque, il avait avancé le fait de ne pas vouloir cautionner la dictature du Général videla en place en Argentine et aussi « les folles de place de Mai » (des mères qui manifestaient sur la place de Mai à Buenos AIres pour reclamer le sort de leurs enfants disparus) pour ne pas s’y rendre. Après Barcelone, il effectue à l’instar de beaucoup de stars du foot mondial, une pige aux USA, avant de revenir sur le vieux continent au début des années 80. Le public se souvient encore du 05 Décembre 1982 où il avait décomposé et marqué un penalty avec Jesper Olsen à la 21ème minute du match qui opposait l’Ajax à Helmond Sport. Après sa carrière de footballeur, il prend la barre technique de l’Ajax, qu’il amène au sacre en 1987 en coupe d’Europe des vainqueurs de coupes. L’année suivante, malgré son échec en finale de vainqueur de coupes face au FC Malines, sa réputation dépasse les frontières et les « blaugranas » lui font appel. Il révolutionne le jeu barcelonais connu pour son impact physique. Cela lui réussi, puisqu’il remporte les vainqueurs de coupes en 89 avec le Barca face à la Sampdoria de Gênes. La révolution continue au niveau du jeu où l’arrivée de Koeman en défense l’amène à pratiquer la défense à 3. il disait à l’époque je n’ai pas de libéro, mais un joueur doté d’une bonne lecture de jeu qui oriente la balle (comme koeman). Je n’ai pas de numéro six mais un joueur placé devant la défense (comme Guardiola) doté d’une belle relance à partir duquel le jeu se fait et pas de 10 mais un joueur bouillant (comme Bakero) capable d’avaler des mètres en peu de temps et de servir idéalement les attaquants. En 92, à Wembley, c’est l’apothéose. Le Barca remporte sa première « coupe aux grandes oreilles » en battant la sampdoria de gênes 1-0, grace à un coup franc de Koeman à la 120ème minute de jeu. Il reste au Barca jusqu’en 96 et quitte le club suite à un pourrissement du vestiaire par Stoichkov, non content de la présence dans l’équipe de son fils Jordi Cruiff. Il quitte alors le banc, mais ne manque pas de donner son avis sur les sujets de foot. Après avoir subi un double pontage coronnarien en 91, il traine pendant longtemps les séquelles d’un passé de fumeur. Malade du cancer depuis des années, il nous a quittés le 24 Mars 2016 à l’âge de 69 ans. Dors en paix l’artiste. « A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons ».

Mohamed Soumaré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here