Véritable passionné De foot en général et d’arbitrage en particulier, IL débute sa carrière en 1987, à l’age de 26 ans. Six ans plus tard, IL gravit Les échelons et atteint le grade d’arbitre international. La même année, IL officie quelques matchs de la coupe du monde U17 au Japon. Après avoir officié quelques matchs des jeux olympiques d’Atlanta en 1996, il dirige le match de coupe du monde, en 1998 entre l’Italie et le Chili. Il accorde un penalty justifié aux Italiens, qui est critiqué par une presse soucieuse d’ entamer le credit de l’arbitrage africain. Bléssé dans son amour propre, IL réagit en se justifiant dans un journal allemand. Chose interdite par le règlement de la FIFA World cup. Il n’officiera plus de matchs de coupe du monde et quelques mois plus tard, se voit suspendu par la CAF pour avoir denoncer certains comportements de l’instance faitière du football africain dans un journal Français. Avant sa suspension, IL dirige Mali Cote d’Ivoire du 04 Octobre 1998. Un match au cours duquel le tir de l’ivoirien Koné Ibrahim transperçe Les filets maliens. Le referee qui avait signalé à la reunion technique le mauvais état des filets, montre du geste au public le trou béant qu’avait occasionné la violence du tir. Après avoir disparu Des écrans radars, nous le revoyons à Abidjan en Septembre 2001, à l’occasion du match de poules de champions league entre l’Asec et le National du Caire. CE fut sa dernière apparition internationale car en Novembre de la meme année, IL démissionne du corps arbitral, denonçant le manque de consideration de la FENIFOOT aux arbitres nigériens. IL se consacre alors à sa carrière professionnelle à Xerox Niger oú IL etait directeur commercial. Peu après, il fait face à la maladie lance un SOS à l’endroit Des hautes AUtorités du Niger en vue d’une évacuation sanitaire. Son appel reçoit un échos favorable, puisque Des demarches sont entamées dans CE sens. Malheureusement, le sort en décide autrement. Le Mardi 20 Fevrier 2018, IL rend l’âme dans un hopital de Niamey. Dors en paix referee Bouchardeau. A Dieu nous appartenons et â lui nous retournons

Mohamed Soumaré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here