Le club roule à sec…

Après un bon début de saison (2 v,1n), le club de foot de l’Unb peine depuis la troisième journée à se retrouver. Le club reste sur cinq matches sans victoire (4 défaites et un nul)

La raison, des ventres affamés

Le constat est amer et « estomaquant ». Et bien les joueurs s’entrainent, jouent les ventres vides et secs des fois. Ceci pour faute d’accompagnement du Cous, Centre des oeuvres universitaires et sociales, structure faîtière qui gère les affaires estudiantines, dont le club dépend aussi. Les rares mises au vert de l’équipe se font grâce à la bonhomie des anciens présidents ou responsables et actuels dirigeants. Ces généreux donateurs essoufflés, le clubs est alors à la dernière cenne. <<..c’est une situation qui datait depuis presque trois années. L’autorité a un problème avec nos institutions de la maison donc elle mis embargo. Les joueurs se démerdent eux-mêmes pour venir à l’entrainement et même pour les matches>> relate un membre du staff technique. Difficilement les joueurs arrivent à joindre les deux bouts avant les matches. Pas de prime de match depuis le démarrage du championnat; pas de campement régulier. << les joueurs mangent chez eux avant de venir>> ajoute t-il.

Et pourtant, c’est une équipe qui sait jouer au football (que j’ai vu). Contre Requins fc ce vendredi, les étudiants ont développé du beau jeu. Jamais un seul dégagement à l’emporte-pièce. Remontées quasi parfaites du ballon depuis la base arrière jusqu’à l’attaque. En milieu de terrain, ça joue calme et juste. Seul bémol, les avant-dernières et dernières passes pour faire la différence devant les buts.
Ce serait un gâchis si par manque de motivation (bectance et prime), cette formation de l’Unb dégringole dans le classement et descende en division inférieure.

Une situation déplorable qu’il faudra clarifier avant les prochaines journées.

Arnaud ACAKPO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here